Christophe Barbier : « Les Français doivent renoncer à leur 5e semaine de congés payés »

Selon lui, avec la mondialisation, il va falloir céder sur les acquis sociaux. C’est le cheval de bataille du Médef depuis toujours, qui cherche à rogner sur un siècle de luttes des travailleurs. Nous sommes là exactement sur la ligne de front de la guerre entre le Capital et le Travail. Barbier, lui, est du côté du Capital.

Cependant, il est prouvé que ce ne sont pas les acquis sociaux qui grèvent la rentabilité du travail des Français, mais bien le rapport déséquilibré exportations/importations. Ce qui veut dire que la structure économique française n’est pas adaptée à la mondialisation économique, qui est un fait.

En d’autres termes, la France profite moins que sa voisine allemande par exemple de la mondialisation économique à cause d’un appareil industriel et commercial peu adapté. Et là il ne s’agit plus de la 5e semaine de congés payés. Il s’agit de stratégie économique globale – de la responsabilité des énarques au pouvoir depuis 40 ans –, et du déséquilibre entre grandes entreprises et PME.

Les grandes entreprises française sont des fleurons à l’international, elles sont aidées par l’Etat – c’est-à-dire nous –, ce qui n’est pas le cas des PME. Un déséquilibre fiscal et bancaire qui grève l’emploi et la compétitivité de la France à l’international. Parler de Dassault et de Renault qui gagnent des marchés en Asie ou en Afrique, c’est bien, mais les moyennes et les petites entreprises, c’est bien aussi. L’emploi est là.

Barbier, tout à sa joie devant le triomphe du libéralisme, incrimine les avancées sociales françaises dans la situation économique. Or des employés bien traités et bien payés, comme c’est le cas en Europe du Nord (Norvège, Suède, Danemark) n’empêche nullement la compétitivité. De l’autre côté de l’Atlantique, dans les GAFA, la tendance est au salaire élevé et au conditions de travail optimales.

Et si la France n’a pas développé l’Internet et en conséquence la nouvelle économie comme elle l’aurait dû, ce n’est pas la faute des travailleurs qui partent un mois par an au soleil (BHL le fait 6 mois par an au Maroc) mais bien des énarques au pouvoir (voir le rapport Nora-Minc de 1977, qui parie sur le Minitel plutôt que sur l’Internet). Les erreurs et errances de nos dirigeants politico-économiques manquant d’imagination ont coûté cher au travailleur français.

Accuser le social des manquements de l’économique, qui sont de la responsabilité des politiques et des grands capitaines d’industrie, est une escroquerie.

 

Ce que Macron, Philippe et consorts ne peuvent pas dire, c’est Barbier qui le dit.

La suite sur: https://www.egaliteetreconciliation.fr/Christophe-Barbier-Les-Francais-doivent-renoncer-a-leur-5e-semaine-de-conges-payes-46931.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s